Pistes de réflexion sur les pentecôtismes multimédiatiques au Cameroun

Pistes de réflexion sur les pentecôtismes multimédiatiques au Cameroun

 

By Sariette Batibonak, PhD, Anthropologist, Associate professor

Une des images de profil du site dela Cathédrale de la Foi

Fondée par le pasteur Chris Oyakhilome, LoveWorld TV appartient à Christ Embassy (CE), une mega-church nigériane de plus de 40.000 fidèles à Lagos. Temitope Balogun Joshua est le fondateur de The Synagogue Church Of All Nations (SCOAN) de Lagos et propriétaire de Emmanuel TV. Impact Centre Chrétien (ICC) d’Yvan Castanou, une mega-church parisienne, ne dispose pas de chaîne de télévision. Cependant cette Église, tout comme les deux précédemment mentionnées (CE, SCOAN), essaiment par les Églises virtuelles. En effet, LoveWorld TV, Emmanuel TV, ou encore ICC comptent des fidèles à distance. « Nous sommes des fidèles à distance ». C’est ainsi que se présentent les adhérents d’une des Églises virtuelles de Yaoundé. La praxis médiatique de ces trois structures religieuses (CE, SCOAN et ICC) illustre un pan du medial turn, impulsé par les pentecôtismes multimédiatiques au Cameroun. Le phénomène des Églises de maison est attesté depuis des décennies tel qu’il ressort des recherches portant sur l’effervescence religieuse. Un épiphénomène se juxtapose à ces home churches. Les salons des domiciles accueillent les rituels orchestrés totalement à distance. En effet, du début à la fin du culte, tout est suivi par ces canaux de télévision et à travers les sites Internet de ces Églises.

Par la présente esquisse de réflexion, nous évoquons brièvement l’e-médiatisation des pentecôtismes camerounais pour illustrer la possibilité du passage, sans transition, d’une société marquée par l’oralité immédiate, par la tradition, à une société « postmoderne » embrasée par le numérique, par l’oralité médialisée. L’appropriation pentecôtiste des médias e-novants reflète multimédiatisation, surutilisation et maîtrise de la technologie numérique dans un contexte marqué par l’attachement des africains à l’oralité. Ces pentecôtismes procèdent entre autres par des modes ritualisés d’expressions médiatiques dans l’expansion des actions rituelles. Force est de constater des habitus souvent fondamentalistes des leaders de cette mouvance qui prétendent « changer le monde » à partir de leurs chapelles (Cf. image ci-dessus).

Les mutations socioreligieuses des décennies 1990 et 2010 reformulent les relations entre les religions et les médias. Les leaders exploitent cette brèche pour répandre les messages du texte sacré, fidéliser les adhérents, attirer, voire persuader les nouveaux fidèles afin de se positionner dans l’espace public. Les objectifs de cette médiatisation sont sous-tendus par le développement exponentiel des technologies de l’information et de la communication numériques (TICN). L’e-novation s’érige en moyen idoine pour atteindre ces fins. Dans le cadre de cette esquisse de réflexion, e-nover se comprend par ce comportement des entrepreneurs médiatiques en perpétuelle quête du nouveau, de l’imagination, de la création ou de l’innovation par les moyens numériques. Le virtuel permet de repenser les barrières physiques, de réduire les distances, d’ouvrir une nouvelle ère d’échange, d’engendre des « syncrétismes magico-médiatiques ». Le tournant médial, le medial turn, reflète cette période de communication tournée vers de « nouveaux » médias, jugés plus efficaces, plus influents, plus percutants et plus e-novant sur fond de « modernité pentecôtiste ».

La présence du religieux dans la sphère publique à travers les médias au Cameroun a attiré l’attention des autorités étatiques au début de la décade 2010, lesquelles ont entrepris « d’assainir » le secteur. Pourtant, force est de relever que les pentecôtistes persistent dans leur entrepreneuriat religieux et médiatique. Les TICN ouvrent la voie à des pratiques religieuses inattendues. Dans le contexte actuel, l’appropriation du téléphone connecté, encore appelé « ordiphone », se présente comme « le miracle », la « réussite » de l’Afrique.

Les recherches anthropologiques de ces dernières décennies présentent peu ou prou le modus operandi de cette mouvance religieuse comme élément structurant de la modernité et du patrimoine médial. À terme, cette réflexion sert à combler ce vide. Le développement des modes opératoires des pentecôtismes enregistre en priorité l’e-médiatisation du religieux. Comment les postures médiales des leaders pentecôtistes illustrent-elles le passage à une forme de communication e-novante, et à une forme de société ? Comment comprendre cette e-médiatisation des pentecôtismes orientée vers les mutations sociales ?

Des nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTIC) aux technologies de l’information et de la communication numériques (TICN) en passant par les technologies de l’information et de la communication (TIC) la médiatisation du religieux a rythmé au son des vibrations du changement. Les Églises ont vibré au rythme de ces mutations en appliquant des praxis médiales adaptées aux évolutions. L’Évangile jonche les rues par toutes sortes de supports médiatiques. Les campagnes d’évangélisation s’érigent en méga-rassemblements. L’intérieur et l’extérieur des Églises se métamorphosent en espaces médiatiques. Écrans internes et externes servent d’appui à la mise en présence du religieux. Les pasteurs se présentent comme les personnages les plus médiatisés. Leurs Églises apparaissent comme les entrepreneurs médiatiques. Il n’est pas rare de voir des Églises disposer à elles seules, de presse écrite, radio, télévision, panneaux publicitaires, sites Internet, réseaux sociaux, infoline, affiches (grands et petits formats), cartons d’invitations. Chacun de ces supports est rendu disponible à des fréquences régulières (hebdomadaires ou mensuelles). L’ordiphone s’immisce dans ces praxis médiatiques des pentecôtistes. Les fidèles sont maintenus en communication permanente par les réseaux sociaux (Facebook, WhatsApp, etc.) accessibles par « Internet partout ».

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 Cliquez ici pour télécharger la version  pdf